Les commentaires sont hors de ce post

Vérification annuelle des gilets de sauvetage : mode d’emploi

Désormais, la plupart de nos bateaux ne sont plus équipés que de brassières gonflantes, les anciens gilets de sauvetage orange en mousse étant particulièrement inconfortables et encombrants. Toutefois, ces gilets sont des éléments de sécurité et en tant que tels, doivent faire l’objet d’un contrôle régulier.

Nous vous conseillons de vérifier vos brassières gonflantes au moins tous les ans. Mais à minima, respectez la périodicité prescrite par le fabriquant. Cette opération n’est pas compliquée et peut être réalisée par n’importe qui, moyennant un peu de méthode et de patience. Nous vous présentons ici comment faire.

Pour vérifier vos brassières, vous devez avoir :

  1. vos brassières
  2. un plan de travail dégagé
  3. un gonfleur ou une pompe à vélo, avec un embout s’adaptant à l’embout buccal de votre brassière (généralement réalisé à base de système D, nous verrons cela plus tard)
  4. un marqueur
  5. un endroit sec et à l’abri de la lumière ou entreposer les brassières 24 à 48h

 

Inspection visuelle

Posez votre brassière sur le plan de travail et inspectez la pour vérifier l’absence de défaut visible. Si les petits défauts de la housse ne sont pas rédhibitoires, ils peuvent conduire potentiellement à abimer la vessie gonflable, ce qui serait dangereux. Essayer de les réparer avec un point de couture ou, au pire, un morceau de Scotch toilé ou de répare-voile.

Ouvrez ensuite la housse (généralement maintenue par du scratch) et dépliez la vessie. Là encore, inspectez visuellement tout. Le moindre défaut sur la vessie doit conduire à rebuter le gilet. Inspectez également les coutures des sangles et l’état des boucles. Nous n’insisterons jamais assez sur le fait qu’il s’agit d’éléments de sécurité et que le moindre défaut pourrait avoir des conséquences fatales. En cas de doute, ne prenez pas de risque.

Profitez-en également pour vérifier la présence et le bon fonctionnement de chacun des accessoires : sifflet, lampe flash (se reporter éventuellement à la notice du constructeur), capuche, longe…

Vérification du système de gonflage

Le système de gonflage (de marque HAMMAR généralement) doit être vérifié. Il suffit pour cela de regarder la date portée sur celui-ci et le voyant de couleur. Si le voyant est rouge ou que la date est dépassé, le percuteur doit être changé. Les modèles les plus courants se trouvent généralement très facilement chez tout les shipchandlers pour environ 30 à 50€. La procédure pour effectuer ce remplacement, le mode d’emploi est fourni avec la nouvelle pièce.

La bouteille de gaz doit être vérifiée : elle ne doit pas présenter de choc ou de dégradation visible et doit peser le même poids que lors de la précédente vérification. Pour cela il faut démonter le système de gonflage pour accéder à la bouteille (qui se trouve bien souvent à l’intérieur de la vessie), dévisser celle-ci et  la peser. Il est également possible de peser le tout sans dévisser la bouteille, mais cela nécessite alors de connaitre le poids initial de l’ensemble neuf.

Pour les modèles de brassière dont la bouteille de gonflage est à l’intérieur de la vessie, il est important de faire attention à bien remonter l’ensemble. Sinon, celui-ci pourrait être in étanche et rendre la brassière inutile. Si la vérification de la vessie (voir ci-dessous) est faite après cette étape, cela permet de s’assurer de la bonne étanchéité de l’ensemble.

Certains modèles ont un système de gonflage entièrement externe, ce qui facilite le contrôle de cette partie du gilet.

 

Vérification de la vessie

Pour vérifier la vessie, il faut la gonfler, la laisser ainsi pendant 24 à 48h et vérifier au bout de ce délai qu’elle ne s’est pas dégonflé significativement.

Pour la gonfler, il ne faut SURTOUT PAS souffler dans l’embout buccal avec la bouche ! Lors de la fabrication, les parois internes de la vessie sont enduites d’une poudre qui évite à celles-ci de rester collées entre elles lors du gonflage (ce qui serait catastrophique). Or, si vous soufflez dedans avec votre bouche, l’humidité de l’air que vous apporterez risque d’enlever cette poudre et de vous exposer à des risque lors de l’utilisation du gilet.

Personnellement, je réalise le gonflage avec un gonfleur à pied pour matelas de camping. En collant bien les deux embouts l’un à l’autre avec mes mains, ça marche bien. Mais d’autres personnes se fabriquent des « adaptateurs » avec des morceaux de ballon de baudruche ou du scotch. A chacun de trouver son truc.

La brassière doit être gonflée pour être ferme, mais pas trop non plus (il ne faudrait pas la faire exploser). De toute façon, les « adaptations » réalisées pour réussir ce gonflage empêchent généralement de réaliser un gonflage trop important.

La brassière doit alors être laissée ainsi dans un endroit sec et à l’abri de la lumière pendant 24 à 48h. A l’issue de ce délai, si elle a perdu en pression de manière significative, alors la vessie est trouée. La brassière doit alors être jetée.

Dans le cas contraire, elle peut être dégonflée. Pour cela, appuyer simplement sur le dessus de l’embout buccal avec un stylo ou une baguette. Elle doit être dégonflée au maximum pour permettre son pliage par la suite.

 

Pliage et rangement

Avant de replier la brassière, à l’aide d’un feutre, inscrivez dessus la date du contrôle. Vous pouvez également en profiter pour la nettoyer et enlever les traces de sel éventuelles. Je pense que dans ce cas il vaut mieux faire cela avec une éponge humide et de l’eau claire ou savonneuse plutôt que de baigner toute la brassière dans un bain. Dans tous les cas, assurez vous avant de la ranger, que celle-ci est parfaitement sèche.

Replier la brassière selon les marques ou dans ses anciens plis et refermer sa housse par dessus. Il ne doit normalement pas y avoir besoin de forcer, tout rentrait avant, il doit en être de même après.Lors de cette opération, assurez vous de bien avoir remis tous les accessoires (lampe flash, sifflet, longe). La ranger dans un endroit sec et à l’abris de la lumière jusqu’à votre prochaine navigation.

Cette procédure devraient normalement convenir à la grande majorité des brassières gonflantes. Si vous connaissez quelques particularités, trucs ou astuces, faites-nous en part dans les commentaires.

 

Les commentaires sont fermés.