Le balisage maritime : généralités

Le balisage maritime est nue aide à la navigation : il permet de matérialiser un danger (ou une absence de danger) là ou sur l’eau ce n’est pas toujours évident.

Le balisage maritime répond à des règles. Il est notamment établi par les autorités compétentes, conformément à la convention SOLAS de 1974 (http://www.imo.org/fr/About/Conventions/ListOfConventions/Pages/International-Convention-for-the-Safety-of-Life-at-Sea-(SOLAS),-1974.aspx) et aux directives de l’association internationale de signalisation maritime (IALA).

Caractéristiques

A l’instar de la signalisation routière, une balise est redondante.

L’exemple ci-dessous montre un stop à une intersection routière. Ce stop est signalé de différentes manières :

  • le panneau : il a une forme, une couleur et un pictogramme ou texte qui lui sont propres
  • la peinture au sol : la bande blanche réalisée dans une peinture réfléchissante pour être visible de nuit

la redondance de cette signalisation permet de s’assurer qu’elle sera toujours vue et comprise des usager de la route. Par exemple :

  • la panneau peu manquer (suite à un accident, par exemple), la bande de peinture est toujours là,
  • de nuit, l’aspect réfléchissant de la peinture assure la visibilité de la bande,
  • sans bande, le panneau STOP suffit à lui même.

En mer, le balisage maritime suit une logique similaire. L’exemple ci-dessous montre qu’une balise est composée de 2 éléments : le corps et le voyant.

Si la nature du corps peut être diverse (voir ci-après), sa peinture est en rapport avec la fonction de la balise et correspond donc au voyant de celle-ci. Ainsi, si le voyant est absent (suite à une tempête, par exemple), la peinture du corps nous rappelle la fonction de la balise. Et si la peinture du corps est un peu vieille et plus très lisible, le voyant nous renseigne.

Les types de corps

La forme du corps d’une balise ne nous donne aucune information sur la nature du danger qui est signalé. Toutefois, il est important de faire la différence entre ces différents corps afin d’en connaitre les avantages et inconvénients et de pouvoir faire le lien entre le paysage et la carte nautique.

Les bouées

Les bouées peuvent être de plusieurs type : simple, en fuseau, charpentées.

Exemple de bouée simple
Exemple de bouée fuseau
Exemple de bouée charpente

Pour les services des phares et balises, les bouées sont faciles à mettre en œuvre et peuvent être installées à peu près partout : un corps mort au fond et une chaine. Toutefois, pour le navigateur, elle présente 2 inconvénients :

  • sont emplacement par rapport à celui porté sur les cartes n’est pas certain : selon la hauteur d’eau, la bouée peut éviter tel un navire sur son ancre, lors de la mis een place de la bouée, le positionnement du bateau peut être assez approximatif
  • la bouée peut « s’absenter » : un coup de vent ou autre chose, et une bouée peut partir en vacance. C’est assez désagréable de chercher une bouée prise comme point de repère et d’apprendre le soir dans les avis aux navigateurs qu’elle a rompu sa chaine 2 jours plus tôt (histoire vécue)

Les marques fixes

Les marques fixes peuvent être des perches sur un socle en ciment ou carrément un ouvrage maçonné.

Exemple de perche
Exemple d’ouvrage maçonné

Plus complexes et coûteuses que les bouées, ces balises sont plus fiable pour le navigateur : leur emplacement est sur et elle ne risquent pas de rompre leur chaine. Les perches sont toutefois susceptibles de rompre. De plus, les ouvrages maçonnés sont plus massifs et donc plus faciles à repérer.

représentation des balises sur les cartes

L’ouvrage 1D du SHOM (https://diffusion.shom.fr/loisirs/plaisance/ouvrages/symboles-abreviations-et-termes-utilises-sur-les-cartes-marines.html) liste les symboles, abréviations et termes utilisés sur les cartes marines.

Ainsi que l’on peut le voir ci-dessous, on peut constater que les pictogrammes utilisés sur les cartes pour représenter le balisage est particulièrement explicite sur la nature du corps de la balise.

Extrait de l’ouvrage 1D du SHOM
Extrait de l’ouvrage 1D du SHOM
Extrait de l’ouvrage 1D du SHOM
Crédits images : 
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ken_ar_Monse01.jpg
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bou%C3%A9e_chenal_Dunkerque.JPG
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bou%C3%A9e_de_chenal_verte_et_rouge.JPG
https://fr.wikipedia.org/wiki/Balisage#/media/Fichier:La_Rochelle_Marque_sp%C3%A9ciale.jpg
SHOM